Ivoires antiques, ivoires médiévaux...

On trouve de beaux coffrets d'ivoire, dont un de l"époque carolingienne au musée de Cluny ; il est en marqueterie de bois colorés et d'ivoire, avec des entrelacs et des cadres entourant des animaux fantastiques.

Un diptyque est une sorte de tablette double dont les composantes sont réunies à charnière. Ce fut, à l'origine, une sorte de carnet dont les feuilles de bois, d'ivoire ou de métal, enduites de cire, servaient à prendre des notes. Christ en majesté dans une Mandorle, entouré par les emblèmes des évangéliste: plaques d'ivoire sur coffre de bois, Cologne, première moitié du 13è siècle (Musée de Cluny)

Puis apparurent les diptyques consulaires, sur lesquels les nouveaux fonctionnaires faisaient part de leur nomination à leurs parents et à leurs amis. Ils sont ornés d'un riche décor sculpté, qui pouvaient faire office de tablette à écrire : il s'agissait d'un objet commémoratif de luxe, commandé par le consul ordinaire et distribué pour marquer son entrée en charge et récompenser les notables qui avaient soutenu sa candidature. Plus tard enfin, l'Église les adopta pour orner ses autels. Consacrés aux saints et aux martyrs, des épisodes religieux étaient sculptés sur les lames d'ivoire qui les formaient.

Les triptyques, avec une forme un peu différente, avaient des usages identiques. Ils se composaient de trois panneaux sculptés ou peints et réunis à charnière. Le panneau central, deux fois plus large que les deux autres formant volets, pouvait être recouvert exactement par eux. Très estimés à Byzance, ils ne pénétrèrent dans l'Europe occidentale qu'après les croisades.

Les olifants, dont le nom dérive étymologiquement d'éléphant, étaient taillés dans l'extrémité de la défense. Leur usage, au Moyen Age, était varié : instruments de musique, cornes à boire ou réceptacles à reliques.

L'apogée de l'orfèvrerie

En relation avec le développement du culte des reliques, les orfèvres produisent des reliquaires et des châsses de grande qualité. À l'époque romane, le renouveau des sacrements et le culte des reliques provoquent un essor de l'orfèvrerie religieuse. * oeuvres à caractère somptuaire, * thèmes hagiographiques, * ateliers mosans et de Limoges prépondérants, * Châsses qui reproduisent les églises en miniature.

Source: Initiation à l'Art Roman, Zodiaque

Oliphant de Cluny

Plaques antiques réutilisées

Autres ivoires

Quelques livres de référence

           
Paléographie du Moyen-Âge, Jacques Stiennon, 1999, Armand Colin
L'Enluminure romane au Mont-Saint-Michel : Xe-XIIe siècle, Monique Dosdat, 2006, 835 pages, Ouest-France
Trésors carolingiens : Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, Marie-Pierre Laffitte, Charlotte Denoël, Marianne Besseyre, Jean-Pierre Caillet, 2007, 239 pages, Bibliothèque Nationale de France
Bestiaire médiéval : Enluminures, Marie-Hélène Tesnière, 240 pages, 2005, Bibliothèque Nationale de France - BNF

Romanes.com Home    Nous contacter    Au sujet du site    Au sujet des images    Blog des visites    Informations légales
Except where indicated otherwise, all content and images © 2000-10 Romanes.com. All rights reserved.
Romanes.com est un site consacré à l'Art roman et gothique, l'histoire de l'art, l'art médiéval, l'art cistercien, les pélerinages, lieux sacrés, histoire religieuse, archéologie, manuscrits, vitraux, paléographie.
Sujets populaires: art roman,art gothique, art cistercien, sculpture romane, vitraux romans, manuscrits romans, itinéraires et voyages, chronologie médiévale