Les vitraux romans...

Le vitrail est une composition décorative formée de pièces de verre coloré. Depuis le début du Moyen Âge, ces pièces sont assemblées par des baguettes de plomb. Ce procédé, bien qu'aujourd'hui toujours dominant, n'est pas le seul en usage: d'autres techniques, telles que celles du ruban de cuivre.

Un vitrail est appelé vitrerie lorsque son dessin est géométrique et répétitif (par exemple des losanges ou des bornes). La vitrerie est généralement claire et sans peinture.

Le verre coloré a été produit depuis les époques les plus reculées. Tant les Egyptiens que les Romains ont excellé dans la fabrication de petits objets de verre coloré. Le British Museum possède deux pièces romaines exceptionnelles, la tasse de Lycurgue, dont la teinte couleur moutarde prend des reflets pourpres lorsque la lumière la traverse et le vase Portland, bleu nuit à décor incisé blanc.

Dans les premières églises chrétiennes du IVe et du Ve siècles, on peut encore observer de nombreuses ouvertures occultées par des motifs en très fines feuilles d'albâtre serties dans des cadres en bois, donnant un effet de vitrail primitif. Des effets semblables ont été atteints avec une plus grande sophistication par des créateurs musulmans en Asie mineure en utilisant le verre coloré en lieu et place de la pierre.

En tant que forme artistique, la technique du vitrail atteint sa plénitude au Moyen Âge. Durant les périodes romane et gothique primitif (950 à 1240), les ouvertures se développèrent exigeant de plus grandes surfaces vitrées. La stabilité était assurée par de robustes cadres de fer. Ces modèles sont encore visibles dans la cathédrale de Chartres et à l'extrémité orientale de la nef de la cathédrale de Canterbury.

Avec le développement ornemental de l'architecture gothique, les ouvertures devinrent de plus en plus grandes, améliorant l'éclairage des intérieurs. L'architecture gothique innova en introduisant un cloisonnement des fenêtres par des piliers verticaux et des motifs de pierre. La complexité de ces ouvertures atteignit son apogée dans les immenses baies du style flamboyant européen.

Intégrés à la tendance à l'élévation verticale des cathédrales et des églises paroissiales, les vitraux devinrent des créations de plus en plus audacieuses. La forme circulaire, ou rosace développée en France, évolua à partir de percements relativement simples dans les parois de pierre jusqu'aux immenses rosaces, comme celle du fronton ouest de la cathédrale de Chartres. Ces modèles atteignirent une énorme complexité, la dentelle de pierre étant ramifiée en centaines de différents points, comme dans la Sainte-Chapelle à Paris.

Quelques détails de vitraux

Bourges

Tours

Chartres

Auxerre

Quelques livres de référence

              
L'art du vitrail : XIe-XVIe siècles, Xavier Barral i Altet, 285 pages, 2004, Mengès
Voyage au Moyen Age à travers les vitraux de Chartres, Colette Deremble, 167 pages,2004, Gaud
Vitraux : Musée national du Moyen Age - Thermes et hôtel de Cluny, Sophie Lagabrielle, 111 pages, 2006, RMN
Chartres: Révélée par sa sculpture et ses vitraux, Nicole Lévis-Godechot, 329 pages, 1987, Formes de la Nuit, Zodiaque
Vitraux de Chartres, Colette Deremble, 253 pages, 2003, Zodiaque

Romanes.com Home    Nous contacter    Au sujet du site    Au sujet des images    Blog des visites    Informations légales
Except where indicated otherwise, all content and images © 2000-12 Romanes.com. All rights reserved.
Romanes.com est un site consacré à l'Art roman et gothique, l'histoire de l'art, l'art médiéval, l'art cistercien, les pélerinages, lieux sacrés, histoire religieuse, archéologie, manuscrits, vitraux, paléographie.
Sujets populaires: art roman,art gothique, art cistercien, sculpture romane, vitraux romans, manuscrits romans, itinéraires et voyages, chronologie méiévale